top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurSylvie Marcialis

Les signes de l'univers


Peut-on vraiment être berné par ce que l'on perçoit ?


Si l'on considère une perception comme étant un objet qui existe en ce monde, tout comme une émotion, une parole, une pensée... toute perception quelle qu'elle soit existe si on la conscientise et demande à être accepté.


Tout comme une pensée ou une émotion qui existe dans notre réalité, nous ne pouvons nier l'existence d'une perception qui passe dans notre champ de conscience.

L'existence d'une perception en elle-même n'est donc pas à refouler ou à diaboliser.


La perception existe et nous l'acceptons, qu'en faisons nous ensuite ?


C'est là qu'arrive la possible erreur de discernement. L'interprétation étant le nœud du problème.

Il y a une contraction dans l'importance que nous mettons à obtenir la meilleur interprétation à une perception que l'on a eu.


Il faudrait qu'elle veuille signifier telle chose et non pas telle autre. Comme si un signe de l'univers devait absolument se capter correctement pour ne pas passer à côté d'un indice crucial sur notre chemin de vie.


Détendons nous 2 minutes et considérons que l'univers c'est nous.


Nous même, dans le jeu de l'incarnation, nous donnons les signes et les messages que nous souhaitons nous donner. Il n'y a pas de limite de quantité ni de forme. C'est d'ailleurs pour cela que la fréquence s'élève lorsque nous posons notre attention sur ces "signes".

C'est comme un dialogue de nous à nous.


Le cœur perçu sur le dessin humoristique n'est il pas un cœur ?


Qu'il soit formé par telle ou telle chose (les fesses d'un extraterrestre, la forme d'une fleur, un nuage dans le ciel) n'en est il pas moins un cœur dans le ressenti de cet homme ?


Dans ce monde quantique les vérités se cumulent et ne s'annulent pas. Similaires à des points de vues, tout existe en même temps. Nous choisissons chaque seconde comment nous souhaitons vivre notre réalité, comment nous souhaitons lire ce qui pénètre notre champ.


Laissons cet homme vivre la joie de percevoir un cœur, et surement transmettre cette joie à la femme qui l'accompagne.


Et si une perception ne vous plait pas, changez d'interprétation... souvenez vous : elles ne s'annulent pas entre elles mais coexistent. A vous de choisir.


Sylvie



2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page